Image de fond de Scouts et Guides Pluralistes

Camps 2020 & activités - [2. Camps en Belgique]

Le gouvernement et le Conseil National de Sécurité autorisent les camps des Mouvements de Jeunesse en Belgique cet été ! Mais attention, ceux-ci n’ont lieux que sous certaines conditions. Consulte cette rubrique pour en savoir plus.


Général

Est-ce que je vais pouvoir organiser mon camp en Belgique cet été ?

Oui, mais sous conditions ! Le vendredi 22 mai, le Gouvernement a autorisé les camps, stages et plaines d’été à partir du 1er juillet. Ceux-ci doivent néanmoins s’organiser selon certaines conditions, notamment :

  • Le camp doit fonctionner par “bulles” de 50 participant·es maximum (jeunes, animateur·rices, intendant·es inclus·es).
  • Plusieurs bulles peuvent être présentes dans un même endroit de camp, mais aucun contact physique entre elles n’est possible (dortoirs distincts, alternance des temps de repas et d’accès aux sanitaires).
  • Limiter au maximum les contacts avec l’extérieur.
  • En cas de contact avec l’extérieur, porter un masque pour les + de 12 ans s’il est impossible de respecter 1m50 de distance physique.
  • Avoir une équipe d’animation fixe (intendant·es compris·es).
  • Se laver les mains avant et après chaque activité, les repas et chaque passage aux toilettes.
  • Nettoyer et aérer les locaux ou les tentes régulièrement.
  • Prévoir une malle de matériel pour chaque bulle. Si cela n’est pas possible le matériel devra être désinfecté minutieusement avant d’être prêté.
  • Avoir une liste des présences et tenir à un jour un cahier de contact pour retracer les interactions avec l’extérieur en cas de contamination (comme les fournisseurs, les chauffeurs, Mr/Mme Camp...).

>> Tu trouveras ici un guide pratique qui te permettra d’adapter ton camp aux mesures sanitaires


Est-ce que la Structure Fédérale prévoit des mesures d’accompagnement particulier cet été ?

Depuis le début de la crise, la Structure Fédérale suit de près les recommandations des autorités et leur rapporte régulièrement nos préoccupations. Elle t’informe aussi dès que des décisions sont prises. Nous t’avons préparé un guide pratique des mesures sanitaires reprenant toutes les directives du protocole d’autorisation des camps ! Le Service aux Unités, Cadres et Régions (SUCR) et ton Équipe Régionale seront également là pour t’accompagner si tu en as besoin.

Durant l’été, la cellule d’urgence est plus que jamais présente ! Tu peux la contacter :

  • au 0498 51 72 23
  • 24h/24

De plus, un protocole d’urgence étape par étape est mis en place pour te permettre d’agir très rapidement si un cas de coronavirus ou des symptômes devaient être détectés au sein de ton camp. Imprime son visuel récapitulatif pour toujours l’avoir sous la main pendant ton camp.

Organisation

Puis-je modifier ma déclaration de camp auprès de l’ONE (changement de dates, sections scindées, etc.) ?

  • Non, les déclarations de camps sont clôturées !

Nous sommes plus de 50 participant·es, peut-on toujours organiser notre camp ?

Oui, mais il te faudra diviser ta Section en “bulles de contact” de maximum 50 personnes (animateur·rices et intendant·es inclus·es). Chaque bulle devra être confinée, c’est-à-dire qu’aucun contact physique n’est possible entre les différentes bulles :

  • Les dortoirs doivent être strictement distincts.
  • Les zones de sanitaires, de repas et espaces de jeu doivent, si la privatisation n’est pas possible, être utilisés de manière alternée par plusieurs bulles à condition qu’il n’y ait jamais de contact entre les bulles et à condition de les désinfecter et de les aérer entre deux usages. Deux bulles ne pourront donc pas manger en même temps au même endroit.
  • L’équipe d’animation sera fixe. Autrement dit, chaque bulle aura son propre Staff. Il n’est pas possible que des animateur·rices animent un jour les jeunes d’une bulle et ceux·celles d’une autre le lendemain.
  • Une malle de matériel et une pharmacie devront être préparées par bulle. Si cela n’est pas possible le matériel devra systématiquement être minutieusement désinfecté avant d’être prêté à une autre bulle.
  • Chaque bulle devra clairement être identifiée (signe spécifique, marque de reconnaissance, foulard particulier…).

Si ton endroit n’est pas adapté à la réalisation de ces contraintes (par exemple, il n’y a qu’un seul dortoir disponible), une autre solution pourrait s’offrir à toi : diviser ta période de camp en deux. Si tu pars 10 jours, une moitié de ta Section pourrait partir avec une moitié du Staff durant les 5 premiers jours. L’autre moitié de la Section et du Staff seraient sur le lieu de camp les 5 jours suivants. Ces deux bulles formées ne peuvent pas se rencontrer.


Pouvons-nous faire coexister plusieurs bulles de 50 personnes dans une même prairie ou bâtiment ?

Oui ! Plusieurs bulles de 50 participant·es peuvent cohabiter sur un même lieu si celui-ci est suffisamment grand et que les bulles n’entrent pas en contact entre elles. Logistiquement, nous sommes conscient·es que cela peut être un vrai défi, mais, en tant qu’animateur·rice, tu te dois de respecter les cadres de sécurité qui sont d’application pour les jeunes que tu encadres. Cette règle est nouvelle, mais elle a ses raisons. À nous tou·tes de la respecter.


Pouvons-nous dépasser les 50 personnes d’un petit peu ?

Non ! Il n’est pas autorisé de dépasser les 50 participant·es, animateur·rices compris·es, au sein d’une bulle. Si tu es plus de 50, il te faudra alors diviser ta Section en bulles de moins de 50 participant·es. Cela peut te paraître arbitraire comme chiffre, mais cette décision a été longuement réfléchie par les experts sanitaires pour éviter la propagation du virus.


Est-ce que deux petites sections peuvent se rassembler dans un bâtiment pour former une bulle de 50 ?

Deux sections de moins de 25 personnes (jeunes, animateur·rices et intendant·es inclus·es) peuvent partager le même endroit et former une bulle.


Peut-on organiser un pré-camp ?

Les pré-camps sont possibles tant qu’on reste avec un total de maximum 50 personnes en tout et pour tout sur l’endroit de camp pendant toute la durée du camp. Par exemple, si tu organises un pré-camp avec 15 personnes (qui prolongent leur présence durant le camp), ta bulle ne pourra plus qu’accueillir 35 personnes !


Peut-on faire un camp en non-résidentiel ?

Proposer un camp au local avec les parents qui amèneraient les enfants tous les matins et les reprendraient tous les soirs, ou organiser plusieurs réunions comme durant l’année n’est pas interdit. Il faut cependant savoir que le fait de dormir à proximité de quelqu’un d’autre n’accentue pas la transmission du virus. Ce n’est pas parce qu’on organise un camp de ce type qu’on est davantage protégé.

Par contre, son organisation dépend d’autres mesures que les nôtres, à savoir celles qui sont données aux stages et aux plaines. Une fiche spéciale pour t’aider à "transformer ton camp en plaine" est disponible dans l’outil "Trucs & Astuces pour transformer son camp" (Fiche n°14). Si tu décides d’organiser un camp comme celui-là, n’oublie toutefois pas de le renseigner dans CampPass afin que nous puissions t’accompagner au mieux dans cette démarche.


Comment organiser les repas s’il n’y a qu’un seul réfectoire ? Que faudra-t-il mettre en place ?

Les endroits de camp n’ont pas toujours été construits pour avoir des infrastructures propres à chaque bulle. C’est une évidence. Si ce n’est pas possible de réserver un réfectoire pour chaque bulle, chacune devra donc manger à tour de rôle à condition de désinfecter et d’aérer la zone de repas entre chaque bulle. On parle ici des espaces, mais également du mobilier et du matériel utilisé. Deux bulles ne pourront donc pas manger en même temps au même endroit. La même logique s’applique aux zones sanitaires et de jeux à l’intérieur.


Comment faire pour les réunions d’équipe le soir si les animateur·rices sont scindé·es dans des bulles différentes ?

Les contacts avec une autre bulle, même entre animateur·rices, sont compris comme des contacts avec l’extérieur. Il faut donc les limiter au maximum.

  • Seulement si c’est indispensable, les animateur·rices peuvent participer à des réunions communes le soir. Ils et elles devront obligatoirement respecter la distanciation physique et le port du masque.
  • Chaque bulle peut également désigner un·e porte-parole pour transmettre les informations à une autre bulle. Cela permet de réduire le nombre de personnes en contact avec l’extérieur et le risque de propager le virus. Ce·tte porte-parole devra également respecter la distanciation physique et le port du masque.

Dans les deux cas, veille à ce que ces rencontres restent exceptionnelles et qu’elles ne soient pas perçues par les jeunes comme un traitement différent entre eux·elles et le Staff.


Je suis animateur·rice, mais je ne peux pas être présente au camp de début à la fin, que faire ?

Il est possible d’arriver après le début du camp et de repartir avant la fin du camp (mais la personne fait partie de la bulle de 50 participant·es au camp !). Si quelqu’un quitte le camp, il·elle ne revient pas, car il·elle devient vecteur potentiel du virus. Les allers-retours ne sont donc pas possibles.


Est-ce que les bourgmestres ont leur mot à dire sur la tenue du camp ?

Techniquement, oui, un bourgmestre peut demander via arrêté communal que les camps ne puissent pas s’organiser sur sa commune.

Aujourd’hui, il y a une demande officielle du gouvernement pour que les communes ne prennent pas des mesures plus drastiques que celles du Conseil National de Sécurité. Des discussions sont donc en cours entre les mouvements de jeunesse et les communes qui voudraient interdire les camps.


Les règles sont-elles les mêmes pour tous les mouvements de jeunesse ?

Il y a cinq mouvements de jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles (Le Patro, Les Scouts et Guides Pluralistes, Les Guides, Les Scouts et Les Faucons Rouges). Le protocole est le même pour chacun des mouvements ; par contre, chaque fédération en a édité des mesures parfois légèrement différentes qui correspondent à sa propre réalité du terrain.


Si le camp se déroule en Flandre, les règles sont-elles les mêmes ?

Oui, car les règles dépendent de la communauté dans laquelle est implantée la fédération. C’est-à-dire que même en Flandre, il faudra respecter les règles édictées par la Ministre de la Jeunesse de la Fédération Wallonie Bruxelles. Veille toutefois à bien vérifier les règles en vigueur de la commune dans laquelle tu te rends, celles-ci peuvent parfois être plus restrictives que les nôtres.

Intendance

Quelles sont les règles pour les intendant·es ? Font-ils partie des 50 ?

Les intendant·es font partie de la bulle, comme n’importe quel autre participant·e au camp. Les règles sont donc les mêmes pour eux·elles. Lors des courses, le port du masque est plus que recommandé. Attention toutefois, certaines enseignes obligent le port du masque dans leurs établissements.


Les intendant·es peuvent-il·elles changer durant le camp ?

Non. Afin de prévenir la propagation du virus et son apparition sur le camp, il est important de limiter les contacts avec l’extérieur au maximum. L’équipe d’intendance doit être fixe, tout comme l’équipe d’animation.


Est-ce qu’une seule équipe d’intendant·es peut nourrir plusieurs bulles ?

Non. Afin de prévenir la propagation du virus et son apparition sur le camp, il doit y avoir une équipe d’intendance pour chaque bulle. Les bulles ne peuvent pas être à proximité les unes des autres, donc pas d’intendance commune. Si un propriétaire a divisé une immense prairie en deux pour accueillir deux Sections, il ne peut pas y avoir de contact entre les deux bulles. Ce sont deux camps séparés avec deux intendances séparées.

Matériel

Si on prête du matériel à une autre Unité / bulle, à quoi faut-il être attentif·ve ?

Il faut que le matériel soit désinfecté au moment du passage d’une Unité / d’une bulle à l’autre ou le laisser en "quarantaine" pendant 3 jours.


La location de tentes à Naninne est-elle possible ?

Oui ! L’ensemble du matériel promis aux mouvements est bien mis à disposition pour cet été par le Centre de Prêt de Matériel de Naninne.

Quand puis-je venir chercher ou rendre le matériel à Naninne ?

  • Les horaires transmis initialement par le Centre de Prêt pour l’enlèvement et le retour du matériel sont toujours d’application. Aucune modification n’est à prévoir.
  • Il est possible de venir retirer son matériel dans les derniers jours de juin (si c’était prévu comme cela initialement).
    • Si cela pose problème, car une section souhaitait amener directement ses tentes sur l’endroit de camp, elle peut envoyer une demande auprès du Centre de Prêt pour modifier la date d’enlèvement. Le Centre de Prêt acceptera les demandes de modification dans la mesure de ses possibilités.

Est-il possible de faire de nouvelle demande ou de modifier sa demande de prêt pour cet été ?

Non. Malgré les annulations, le Centre de Prêt ne dispose pas de la logistique ou des ressources humaines pour prendre en charge des modifications ou des nouvelles demandes de tentes.

Devons-nous nettoyer le matériel avant de le rendre au Centre de Prêt ?

  • Oui ! Il est demandé de nettoyer rigoureusement les armatures des tentes avant de les retourner (avec des produits de nettoyage classique comme du savon). L’ensemble des tentes qui rentre est ensuite mis en quarantaine de 24 à 72 heures avant d’être remis dans le circuit.

Quelles seront les modalités pratiques pour l’enlèvement ou le retour de matériel à Naninne ?

  • Tout se passera au maximum à l’extérieur.
  • Respect de la distanciation sociale et des gestes barrières
  • Port du masque obligatoire (à prévoir par les animateur·rice·s).
  • Port des gants fortement recommandé (à prévoir par les animateur·rice·s).
  • *À défaut, utilisation de gel hydroalcoolique ou lavage des mains (à prévoir par les animateur·rice·s).
  • 1 seule personne pourra accéder aux bureaux pour gérer l’aspect administratif.

Prenez soin de l’environnement lorsque vous rendez au Centre de Prêt en veillant à ne laisser aucun déchet derrière vous.

Activités

Est-ce que les activités à l’extérieur du camp sont autorisées ?

De manière générale, les activités doivent se dérouler autant que possible en plein air et sur l’endroit de camp pour éviter au maximum les risques de contacts extérieurs à la bulle.

Les déplacements en dehors du camp ne pourront se faire que par nécessité. Par exemple : dans le but de se rendre sur une zone d’activité (comme le bois ou la prairie à proximité) ou pour aller chez le médecin ou faire des courses. Le contact avec les personnes extérieures se fait autant que possible par les équipes d’animation ou d’intendance.

Afin de ne pas prendre de risques inutiles, les animations dans les zones habitées (comme les jeux dans les villages) ou dans les complexes de loisirs (piscine, parc d’attractions, etc.) sont interdites.

Si un contact avec l’extérieur devait avoir lieu, il est indispensable de garder une distance d’au moins 1m50. Si cela n’est pas possible il est obligatoire de porter des masques pour les plus de 12 ans.


Puis-je faire un jeu dans les bois ?

Les jeux dans les bois sont autorisés. La bulle peut sortir de son endroit de camp pour aller au bois ou dans une prairie à proximité, mais il faut bien :

  • Respecter la distanciation physique sur le trajet.
  • Se rendre dans un endroit isolé d’autres bulles / personnes .
  • Prendre le chemin le plus direct pour s’y rendre. S’il n’est pas possible de respecter 1m50 de distance avec les personnes extérieures, le port du masque est obligatoire pour les 12 et +.

Peut-on faire un hike ?

Non. Les hikes, qu’ils soient de quelques heures ou avec nuitée à l’extérieur du camp, sont interdits. En effet, le risque d’être en contact avec des personnes extérieures à la bulle et l’absence éventuelle d’animateur·rices ne permettent pas le respect des règles du Ministère de la Jeunesse.


Les totémisations avec un dropping et une marche sont-elles autorisées ?

Non. Tout comme les hikes, marcher en dehors du camp pour le plaisir de marcher est interdit. Pour imaginer d’autres façons de faire, plein de ressources s’offrent à toi !


Peut-on organiser une nuit en bivouac ?

Non. Les participant·es (jeunes, animateur·rices, intendant·es) doivent impérativement dormir sur le camp.


Est-il possible de faire un camp zéro-déchet ?

Bien sûr, si les magasins ou les agriculteur·rices locaux acceptent vos contenants.


Les jeux de nuit ou de 24h sont-ils autorisés ?

Ils ne sont pas interdits mais, attention, un enfant ou un jeune qui est fatigué, est une personne dont l’immunité est affaiblie. Il·elle peut donc attraper plus facilement le virus. Prends soin de l’état de fatigue des participant·es pour un camp en toute sérénité. Nous rappelons que les les participant·es (jeunes, animateur·rices, intendant·es) doivent impérativement dormir sur le camp.


Les virées et le porte-à-porte sont-ils autorisés ?

Non ! Comme l’explique la position commune des mouvements scouts et guides de Belgique, elles sont déjà strictement interdites habituellement. En ces temps particuliers, cela est d’autant plus applicable. Aucune tolérance ne sera de mise.


Puis-je faire un camp dans une ferme ?

Oui à condition de respecter le système de “bulle” (voir plus haut). C’est-à-dire :

  • Former une bulle de maximum “50 participant·es”.
  • Éviter les contacts autant que possible avec les travailleur·euses du partenaire, celles-ci sont considérées comme “contact extérieur”. Si ceux-ci sont inévitables, respecter les distanciations physiques et le port du masque pour les +12 ans.
  • Avoir des zones de couchage, de repas, de sanitaires distincts.

Puis-je faire un camp itinérant ?

Non. De manière générale, faire un camp itinérant n’est pas possible étant donné qu’il est important de limiter les contacts avec l’extérieur.

Une dérogation est possible uniquement pour les Relais et seulement si le camp est en autonomie totale. C’est-à-dire que la bulle de 50 participant·es est respectée tout au long des étapes. Il ne sera donc pas possible pour un camp Pionnier de passer de camps en camp pour y faire de l’animation ou même y passer la nuit.

Pour faire une demande de dérogation, envoie tous les détails de ton camp avant le 14 juin 2020 à : relais@sgp.be .

Participation

Quelles sont les conditions pour participer à un camp ?

  • Aucun·e jeune, animateur·rice ou intendant·e ne pourra participer au camp s’il ou elle est malade ou a été malade (voir symptômes ci-dessous) moins de 3 jours avant le début du camp.
  • Les jeunes animateur·rices et intendant·es testé·es COVID positif peuvent participer au camp si et seulement s’il y a un intervalle de 7 jours depuis le début de la maladie ET une absence complète de symptômes (voir symptômes ci-dessous) depuis au moins 3 jours avant le début du camp.
Principaux symptômes du Covid-19
Si l’on a présenté dans les 3 jours avant le camp ou pendant le camp :
Un des symptômes suivants (sans autre cause évidente) fièvre (>=38°C)* - toux iportante - difficulté à respirer - douleurs thoraciques (sans avoir reçu de coup ou de traumatisme) - perte de goût ou d’odorat
ou deux des symptômes suivants (sans autre cause évidente) douleurs musculaires - fatigue inhabituelle - rhinite - mal de gorge - perte franche d’appétit - diarrhée - confusion - chute soudaine

* Chez un adulte, la fièvre doit être accompagnée au moins d’un autre symptôme.

>>La participation au camp n’est pas permise. En cas de doute, contactez un médecin généraliste.

  • Un·e participant·e qui est ou devient malade au camp (voir symptômes ci-dessus) ne pourra pas continuer à participer au camp. Les animateur·rices suivront rigoureusement la procédure d’urgence en cas de suspicion d’un cas Covid-19 sur le camp et organiseront endéans les 24h son retour avec ses parents.

Les personnes à risque peuvent-elles participer au camp ?

Les personnes faisant partie d’un groupe à risque ne peuvent pas prendre part au camp, sauf si les parents/responsables légaux marquent leur accord (pour les -18 ans) sur la fiche médicale. En cas de doute, il est recommandé aux parents de demander conseil au médecin traitant.

  • Les animateur·rices et intendant·es devront également signaler s’ils ou elles font partie d’un groupe à risque et devront fournir un avis médical favorable.

Comment savoir si une personne est “à risque” ?

Le Gouvernement à l’aide des experts sanitaires a établi une liste des personnes dites à risque. Tu pourras la retrouver ici.


Quels documents dois-je remplir avant de participer au camp ?

  • Chaque participant·es (jeunes, animateur·rices, intendant·es) devront remplir une fiche médicale. Celle-ci a été modifiée et adaptée à la situation actuelle. Deux nouveaux champs apparaissent :
    • l’enfant/le jeune fait-il partie d’un groupe à risque et, si c’est le cas, le médecin a-t-il émis un avis favorable à sa présence au camp ?
    • Le jeune n’a présenté aucun symptôme attribuable au Covid-19 au cours des 3 derniers jours précédents le début du camp.
  • Pour les participant·es mineur·es, une autorisation parentale doit aussi être fournie. De nouveaux champs apparaissent également sur ce document. Les parents doivent :
    • attester qu’ils connaissent les risques en mettant leur enfant au camp (ceci afin de décharger la responsabilité des animateurs)
    • s’engager sur l’honneur d’être joignable par téléphone, d’avoir la possibilité de venir rechercher leur jeune malade 24/24h durant toute la durée du camp et à faire consulter leur enfant / jeune en cas de suspicion Covid-19 dès que possible (et endéans les 24H du retour au plus tard).

Ces deux documents doivent impérativement être remis le premier jour du camp pour que leur jeune puisse participer au camp.


Comment m’assurer que tous les jeunes seront présents au camp ?

Maintenant que les camps sont autorisés, nous t’invitons à prendre contact avec les parents pour connaître leurs intentions. Dans tous les cas, nous t’invitons à respecter le choix de chaque famille. Chacun·e a son propre rapport face à cette épidémie. Chez les Scouts et Guides Pluralistes, nous respectons les différences.


Comment puis-je rassurer les jeunes et les parents en vue de leur participation au camp ?

Pour participer au camp le cœur léger, les enfants, les jeunes et les parents auront besoin de savoir que toutes les conditions nécessaires pour vivre un camp en toute sécurité seront réunies : renforcement des mesures d’hygiène, animation en plein air…

Écouter, communiquer et rassurer sont les clés d’une bonne relation. Pour t’y aider, une fiche pédagogique (fiche °1 de l’outil) est disponible. N’hésite pas à t’appuyer sur ces conseils.


L’Équipe d’Unité, Régionale, Fédérale pourra-t-elle nous rendre visite ?

Pour préserver la bulle de tout contact extérieur, les membres de la Structure Fédérale ou de ton staff d’Unité ne pourront pas te rendre visite par courtoisie (nous penserons par contre bien à vous !)

De manière générale, il est important de privilégier autant que possible le contact téléphonique. Si une visite s’avère toutefois nécessaire, il est possible que la Structure Fédérale ou l’Équipe d’Unité intervienne en cas d’urgence, mais en suivant des conditions strictes :

  • Deux personnes maximum (considérées comme des personnes extérieures à la bulle).
  • Pour une période la plus courte possible.
  • Port du masque pour les +12 ans, les animateur·rices et intendant·es.
  • Respect de la distanciation physique avec les participant·es du camp.
  • Sauf en cas de réelle nécessité, éviter au maximum les contacts avec les jeunes. Le contact avec les personnes extérieures se fait autant que possible par les équipes d’animation ou d’intendance.

Les visites des parents ou des ancien·nes sont-elles possibles sur le lieu de camp ?

Non. Pour limiter au maximum les contacts avec l’extérieur, les visites sont interdites. Les enfants, jeunes et animateur·rices au sein d’une bulle sont confiné·es entre eux. C’est-à-dire qu’ils doivent rester entre eux en tout temps.

Toute sortie ou entrée ne doit se faire que par nécessité, comme le livreur de pain par exemple ou les courses des intendant·es.


Les parents sont-ils autorisés à rentrer dans le bâtiment pour aider les enfants à s’installer ?

Non. Afin de préserver la bulle de tout contact extérieur, les parents ne sont pas autorisés à visiter l’endroit de camp ou à installer les affaires des enfants. Celles-ci seront prises en charge par l’équipe d’animation.

Si tu souhaites rassurer les parents, tu peux leur envoyer avant les photos de l’endroit de camp et leur expliquer les mesures sanitaires que vous respecterez durant toute la durée du camp.


Les parents pourront-ils envoyer du courrier ou des colis sur le camp ?

Bien sûr, les courriers et colis sont bienvenus sur le camp. Ils sont un bon moyen pour garder le contact.


Mon Staff d’animateur·rices ne sera pas au complet pendant le camp. Puis-je quand même l’organiser ?

Nous t’invitons à vérifier si l’encadrement sera suffisant ou non car le protocole pour les camps est clair : pas d’allée et venue au sein d’un camp. Si tu n’as pas suffisamment d’animateur·rices, il te faudra donc en trouver d’ici ton camp. En effet, les renforts en cours de camp sont interdits. Si tu ne parviens pas à constituer un staff complet, contacte ton Équipe Régionale pour qu’elle puisse trouver une solution adaptée avec toi.

Santé, Hygiène & Procédure d’urgence

Quelles sont les mesures d’hygiène à respecter sur mon camp ?

Les règles d’hygiène sont renforcées comme :

  • Se laver les mains avant et après chaque activité, les repas et chaque passage aux toilettes.
  • Aérer régulièrement les locaux ou les tentes (minimum 2-3 fois par jour pendant 15 minutes).
  • Nettoyer régulièrement les surfaces de contacts (bancs, chaises, sanitaires…)..
  • Sensibiliser les participant·es à tousser dans leur coude et à utiliser des mouchoirs à usage unique. Prévoir également des poubelles fermées.
  • Dispenser les soins de plaies avec un masque et éventuellement des gants.
  • L’eau courante sur le camp n’est pas obligatoire, mais souhaitable. L’important est de bien se laver les mains (à l’eau et au savon) et de se les sécher.
  • Porter un masque pour les 12 ans et + dans l’espace public dès qu’il n’est pas possible de respecter une distance d’1m50.
  • Éviter, lors des activités, les contacts au niveau du visage et les contacts prolongés pour les +12 ans (on préférera par exemple touche-touche au rugby).
  • Respecter plus que jamais l’état de fatigue et les heures de sommeil des participant·es. Plus on est fatigué, moins le système immunitaire se protège des virus.

Tu pourras retrouver toutes ces mesures dans le guide pratique des mesures sanitaires que nous avons développé pour t’aider à les mettre en place.


La distanciation physique d’un 1m50 doit-elle être respectée au sein d’une même bulle ?

Non. Au sein d’une même bulle, il n’y a pas de distanciation physique à respecter entre les participant·es (jeunes, animateur·rices, intendant·es). Il sera donc possible de jouer, manger à table ou dormir en tente comme les autres années. Il faudra toutefois veiller à ce que les +12 ans ne fassent pas des activités avec des contacts physiques prolongés. Seront favorisés uniquement les contacts légers. Nous te transmettrons des idées d’activités “COVID-friendly”.


Quand faut-il porter un masque ?

  • À l’intérieur d’une même bulle : Le port du masque n’est pas obligatoire pour les participant·es. Vous ne devrez donc pas animer avec des masques.
  • En cas de contact avec l’extérieur ou avec une autre bulle : Les règles concernant l’utilisation du masque buccal et la distance physique en vigueur dans l’espace public doivent strictement être respectées.

C’est-à-dire que le port du masque est obligatoire pour les enfants de 12 ans et +, animateur·rices et intendant·es :

    • dans l’espace public que s’il n’est pas possible de respecter une distance d’1m50 entre ta bulle et les personnes extérieures. (par exemple : les rues fort fréquentées)
    • dans les transports en commun (même si tu as tout le wagon pour toi).
    • dans les entreprises ou magasin où la distance d’1m50 n’est pas garantie.
  • Nous recommandons vivement de/d’ :
    • limiter le contact avec l’extérieur au minimum absolu. Seuls les cas de nécessité sont possibles (par exemple : la livraison de nourriture, moments de déplacement, les courses, accès au médecin ou à la pharmacie, …).
    • de prendre le chemin le plus rapide jusqu’à ton lieu de destination.
    • avoir un masque sur toi lors d’une sortie à l’extérieur de toujours pour être toujours prêt·e si la situation l’impose.
    • de porter un masque lorsque les intendant·es effectuent les courses.
    • t’informer, avant ton camp, sur les règles en vigueur sur la commune ou ton camp a lieu, car elle a le droit d’imposer des règles plus strictes sur son territoire.

En cas de visite d’une personne de l’extérieure sur le camp (Responsable d’Unité, livreur·euse), le port du masque et le respect des mesures de distanciation seront obligatoires pour le staff et les visiteur·rices. Les contacts avec les jeunes doivent être évités autant que possible.


Que faire si un jeune présente des symptômes liés au Covid-19 pendant le camp ?

Une procédure d’urgence en cas de suspicion de Covid-19 étape par étape a été prévue par Sciensano, des experts sanitaires et pédagogiques (comme la Pediatric Task Force, les mouvements de jeunesse et l’ONE).

Cela concernera notamment :

  • L’isolement dans un espace de quarantaine en cas de suspicion d’infection. Il importera d’organiser cela de manière douce et adaptée aux enfants et aux jeunes.
  • La prise de la température
  • Le contact avec un médecin généraliste pour être guidé·e sur le plan médical
  • Le contact de la cellule de crise du Siège Fédéral au : 0498 51 72 23 (disponible 24/24h et 7/7jours).
  • Le contact avec les parents du·de la participant·e malade, l’organisation de son départ du camp et le test du·de la participant·e malade endéans les 24h.
  • Une relation de confiance et de transparence envers le reste du groupe et le reste des parents.
  • En attendant les résultats du test, la bulle reste sur son endroit de camps et n’a pas de contact avec l’extérieur sauf en cas d’impérative nécessité.
  • Si le résultat est négatif le camp se poursuit, mais le·la participant·e malade ne peut pas réintégrer le camp.
  • Si le résultat est positif, les contacts des participant·es et ceux avec l’extérieur sont vérifiés avec le service fédéral de contact-tracing. Ensuite, le camp se ferme en organisant calmement le retour du reste des participant·es. Ceux-ci devront respecter une mise en quarantaine à leur domicile et être testé·s.
  • A la fin du camp, l’envoie à l’inspecteur·rice de santé responsable de votre région d’origine de la liste de tou·tes les participant·es avec leur numéro de registre national (disponible sur la vignette de la fiche médicale).
    • Région de Bruxelles-Capitale : 00478/77.77.08 - notif.hyg@ccc.brussels
    • Wallonie et Communauté germanophone : 071/205.105 ou 071/337.777 - surveillance.sante@aviq.be

Un visuel récapitule tout cela pour toi, ici !


Comment prévenir les parents ?

Rien de plus simple ! Nous t’avons préparé des courriers types pour que tu puisses communiquer facilement avec les parents. La clé pour une relation de confiance, c’est le dialogue et la transparence !

Voici les 5 courriers types :


Peut-on réaliser une enquête pour savoir s’il y a eu des cas dans l’entourage des participants au camp ?

Non, ce n’est pas possible en termes de respect de la protection des données personnelles. Par contre, la fiche médicale et l’autorisation parentales sont modifiées et adaptées aux circonstances actuelles.

  • Deux nouveaux champs apparaissent dans la fiche médicale :
    • l’enfant fait-il partie d’un groupe à risque et, si c’est le cas, le médecin a-t-il émis un avis favorable à sa présence au camp ?
    • Le jeune n’a présenté aucun symptôme attribuable au Covid-19 au cours des 3 derniers jours précédents le début du camp.
  • Deux nouveaux champs également pour l’autorisation parentale :
    • les parents doivent attester qu’ils connaissent les risques en mettant leur enfant au camp (ceci afin de décharger la responsabilité des animateurs)
    • et s’engager sur l’honneur d’être joignable par téléphone, d’avoir la possibilité de venir rechercher leur jeune malade 24/24h durant toute la durée du camp et de faire consulter leur enfant / jeune en cas de suspicion Covid-19 dès que possible (et endéans les 24H du retour au plus tard).

Les parents doivent absolument rentrer ces deux documents le premier jour du camp pour que leur enfant puisse participer au camp.


Faudra-t-il observer une quarantaine au retour du camp ?

La seule mesure qui est indiquée dans le protocole est qu’un jeune revenant du camp ne peut pas être en contact avec ses grands-parents dans les 7 jours qui suivent le camp.

Néanmoins si un·e participant·e tombe malade jusqu’à 2 jours après la fin du camp, tou·tes les autres participant·es restent en quarantaine à leur domicile et doivent être testé·es :

  • Participant·e testé·e (+) : pas de participation à une autre bulle-camp avant 7 jours ET absence complète de symptômes pendant au moins 3 jours.
  • Participant·e testé·e (-) : pas de participation à une autre bulle-camp avant 14 jours (en raison de la période d’incubation possible avec un test encore négatif).

Si une personne présente sur votre tombe malade du Coronavirus, vous serez contacté·es par le centre de tracing du gouvernement.


Qu’en est-il de la responsabilité légale des animateur·rices si un cas qui se déclare au camp ?

Si un cas se déclare, les animateur·rices ne seront pas considéré·es comme responsables si toutes les mesures sanitaires et d’hygiène ont bien été mis en place pour respecter les conditions d’organisation.


Faut-il désinfecter les bâtiments avant et après le camp ?

Atouts Camps, qui fait le lien avec les propriétaires, recommande :

  • Avant le 1er camp  : le·la propriétaire d’endroits de camp nettoie et désinfecte (si besoin).
  • Pendant le camp : les groupes nettoient et désinfectent. Tu trouveras toutes les recommandations de nettoyage à la pp.14-16 du Guide pratique pour t’adapter aux mesures sanitaires
  • Après le camp : les groupes nettoient, le propriétaire désinfecte pour le groupe suivant.

Nous vous conseillons de vous assurer qu’une désinfection en bonne et due forme a bien été opérée par le propriétaire ou, encore mieux qu’il y ait idéalement au moins un jour d’écart avec le camp précédent.

Les conditions d’hygiène sont une des clés de la réussite des camps cet été. Pour rappel :

  • Le nettoyage permet d’éliminer les germes, la saleté et les impuretés au moyen d’une éponge et de savon par exemple.
  • La désinfection consiste à utiliser des produits chimiques pour tuer les microbes restés sur les surfaces après le nettoyage (comme de l’eau de javel diluée ou d’un produit désinfectant).

L’eau courante est-elle obligatoire sur les camps ?

Non. Elle est souhaitable, mais ce n’est pas une obligation.
Il vaut mieux mettre l’accent sur un bon savonnage et séchage des mains plutôt que de se battre pour avoir de l’eau courante. Il faut que tes jeunes puissent se laver les mains, eau courante ou pas. Il est donc important de t’assurer de l’approvisionnement en eau en quantité suffisante durant tout le camp.


Faut-il observer certaines règles pour les lits en pilotis et les feuillées ?

Aujourd’hui, il n’y aucune consigne par rapport aux constructions. Néanmoins, sois particulièrement vigilant·e qu’à la sortie de la feuillée, on puisse se laver les mains avec de l’eau et du savon, si possible, et des serviettes propres, ou du gel hydro-alcoolique. Il est conseillé de fonctionner avec des toilettes sèches, mais si ce n’est pas possible, ce n’est pas grave tant que toutes les mesures pour que l’hygiène soit respectée sont mises en place.


Des masques et du gel seront-ils mis à disposition ?

Un pack hygiène a été mis à disposition de chaque bulle de notre mouvement dans le cadre de notre collaboration avec Colruyt. Il comprend notamment des masques buccaux, du savon liquide, du gel hydro-alcoolique, des mouchoirs en papier et du produit nettoyant.

Transports

Comment organiser les départs et retours de camp en voiture ?

Pour l’arrivée et le départ des jeunes, tu devras prévoir une zone de “Kiss & Ride” afin de limiter au maximum les contacts à l’extérieur de la bulle. N’hésite pas à utiliser des fléchages, des visuels ou des pictogrammes pour faciliter son utilisation.

Voici les points d’attention pour t’aider à organiser cela au mieux  :

  • Le port du masque sera obligatoire pour les animateur·rices et les parents. Ils devront aussi strictement respecter les mesures de distanciation physique.
  • Afin de réduire les risques d’engorgement lors de l’accueil ou du départ des participant·es, il est conseillé de définir des plages horaires (par famille, Sizaine, Patrouille, tranche d’âge, etc.)
  • Les parents ou accompagnant·es seront invité·es, après avoir salué leur(s) enfant(s), à ne pas s’éterniser dans la zone de “Kiss & Ride” pour faciliter la fluidité.
  • Les parents ou accompagnant·es ne sont pas autorisé·es à venir au-delà de la zone “Kiss & Ride (plus particulièrement dans les locaux de l’endroit de camp) et ne sont donc pas autorisé·es à installer le couchage des enfants. Celui-ci sera pris en charge par les animateur·rices.
  • Après chaque départ de parents/accompagnant·es, les animateur·rices ayant eu des contacts se laveront les mains à l’eau et au savon, ou à défaut à l’aide d’une solution hydroalcoolique.

Dans ces conditions, tu comprendras qu’il est difficile de faire une “journée des parents” que ce soit au début, pendant ou la fin du camp. Pas simple, mais il faudra faire preuve de créativité pour garder l’accueil chaleureux en préservant la santé de tou·tes. Et pour ça, on sait que l’on peut compter sur toi !


Le covoiturage est-il permis ?

Cette année, il faut privilégier autant que possible un transport famille par famille.
Le covoiturage n’est pas interdit, mais avec un seul parent dans la voiture, des masques pour les 12 et + et en évitant de remplir la voiture avec le maximum de personnes.


Peut-on prendre les transports en commun ?

Oui mais, encore plus que les autres années, il est essentiel de réserver ses places. Il faudra évidemment respecter le port du masque pour les 12 et + et toutes règles émises par la compagnie de transport.


Peut-on venir à vélo ?

Oui, si le trajet peut se faire en une journée, il n’y a pas de problème.


Peut-on louer un autocar pour se rendre au camp ?

Ce n’est pas interdit tant que le·la conducteur·rice et toutes les personnes de plus de 12 ans portent un masque à l’intérieur du car. Les coordonnées du chauffeur·rice seront collectées dans le cahier des contacts extérieurs.

Annulation

Malgré la décision du Gouvernement, puis-je prendre la décision d’annuler mon camp ?

Oui, tu peux. Si tu envisages de réfléchir à l’annulation de ton camp, prends contact avec ton Responsable d’Unité et avec ton Équipe Régionale. Vous pourrez y réfléchir ensemble. Si vous prenez la décision d’annuler le camp de cet été, rassure-toi, tu seras soutenu·e par la Structure Fédérale. Dans ce contexte particulier, cette décision appartient à l’ensemble de ton Staff de Section, c’est pourquoi nous te préparons une check-list pour t’outiller à prendre cette décision en équipe.


Si je souhaite annuler un camp, à quoi dois-je être attentif·ve ?

Nous t’avons concocté une check-list pour t’aider dans ta prise de décision. Consulte l’outil ici.


Dans le cas où nous ne pourrions pas organiser de camp, quelles sont les alternatives d’animation qui s’offrent à moi ?

Pas de camp ne signifie pas pour autant pas de Scoutisme et de Guidisme cet été. Nous t’avons d’ailleurs créé un outil pour t’aider à transformer ton camp et garder le lien pendant les vacances !

Voici déjà quelques idées :

  • Vivre le camp à une autre date
  • Proposer des animations à distance
  • Proposer des réunions à la journée comme durant l’année : les jeunes viennent la journée, mais ne restent pas dormir sur place.
Vous êtes ici:  Actualités -Coronavirus